top of page

Le Lean UX

Qu’est-ce que le Lean UX ?

Vous avez sûrement déjà entendu parler du Lean UX. Mais en pratique, comment le définit-on ?

Il s’agit d’une approche qui réunit la fabrication d’une solution ainsi que sa conception. Le Lean UX se base sur quatre piliers fondamentaux : le Design Thinking, l’UX Design, la méthode Agile mais aussi le Lean Startup et reprend certains concepts clés de ces approches. Nous vous en parlerons plus en détail dans la suite de l’article.


Dans le Lean UX, l’utilisateur final est vraiment au centre même de la réflexion. Le projet entier repose sur l’équipe interfonctionnelle constituée dès le départ, qui va collaborer et identifier les besoins de cet utilisateur final.


Le Lean UX est une méthode qui privilégie la rapidité et l’efficacité, et ce, pour plusieurs raisons. Découvrons ensemble celles-ci.

Premièrement, l’équipe pose des hypothèses par rapport aux utilisateurs finaux et leurs besoins. L’objectif est de créer une solution et de la tester auprès de personnes lambda pour valider ou invalider ces hypothèses. L’important étant de répondre à un besoin existant en mettant l’humain au centre des échanges et de récupérer les feedbacks des utilisateurs afin de pouvoir s’adapter facilement.


Ensuite, tout au long du processus, il est important de veiller à une compréhension mutuelle sans faille dans l’équipe afin de garantir une perception identique à l’ensemble du projet. Tout cela de la manière la plus collaborative possible.


L’équipe est responsabilisée et impliquée par rapport à la solution qu’elle propose. Le climat de confiance établi et l’autonomie du groupe sont également indispensables. Tout ceci permet un processus fluide et sans accro.


L’itération joue un rôle important puisqu’elle permet l’amélioration continue du produit ou du service au fil du temps.

L’esthétisme n’est pas le point primordial dans un premier temps. En effet, la première chose à faire est de se concentrer sur un problème ou un besoin et de tester l’une ou l’autre fonctionnalité plutôt que de se lancer dans le développement de l’ensemble des fonctionnalités et d’en faire une usine à gaz.


Il est préférable de passer rapidement à la pratique pour tester les hypothèses, plutôt que de passer du temps sur des analyses sans fin. L’objectif étant de garder uniquement ce qui est utile pour la solution finale.


Cependant, l’erreur fait partie intégrante du processus et est indispensable car elle permet d’affiner ces hypothèses.


Le cycle itératif du Lean UX.

Trois phases sont à prendre en compte dans la méthode du Lean UX : penser, faire et tester.

- « Penser » : cette étape correspond à une phase de réflexion et d’analyse, permettant de se concentrer sur le pourquoi et non sur le comment. L’objectif est de faire des suppositions qui pourront être testées par la suite. La méthode principale utilisée lors de cette phase est le Design Thinking. D’autres outils sont aussi utilisés tels que le lean canvas, les user flow et les user stories. L’issue de cette étape est d’identifier des solutions potentielles et de définir la vision du projet.


- « Faire » : cette étape tend à développer le MVP (produit minimum viable). L’équipe organisée et agile aboutit, au cours de plusieurs sprints, à une première version du projet. Dans les itérations suivantes, l’objectif est d’améliorer le produit ou la solution en gardant les mêmes principes directeurs. Souvent, l’équipe est organisée en « Scrum », ce qui permet à l’ensemble des personnes d’obtenir une vision claire de l’état d’avancement des travaux et de la quantité de travail restante.


- « Tester » : et pour finir, cette étape se concentre, sans surprise, sur le testing du produit ou de la solution par l’intermédiaire d’outils tels que l’A/B testing, les entretiens utilisateurs, les enquêtes, les tests utilisateurs,… Les feedbacks recueillis et partagés avec l’équipe permettront de valider le cycle Lean UX et d’itérer à nouveau dans le cycle suivant.


De quoi s’inspire le Lean UX ?

Nous l’avons vu plus tôt, cette méthode regroupe des concepts clés et s’inspire d’autres approches.


Premièrement, celle du Design Thinking. De celle-ci, nous retiendrons l’approche en cycle de divergence et convergence des différentes idées. Ce qui est très intéressant, c’est que nous pouvons sans problème revenir à une étape antérieure au cours du processus. Le Design Thinking permet d’élargir le champ de la réflexion, au travers de cinq étapes différentes : la phase empathique, la définition de la question, l’idéation, le prototyping et le testing.


Ensuite, le Lean UX trouve ses fondations dans le Lean Startup pour trois raisons différentes :

  • L’élimination de ce qui est inutile dans le processus de conception UX.

  • L’optimisation de la communication qui permet une collaboration transparente et interfonctionnelle.

  • L’expérimentation et l’évaluation rapide des idées, pour l’amélioration continue.


De plus, le Lean UX englobe le UX Design, cette méthode qui se focalise sur l’expérience utilisateur afin d’anticiper ses attentes et de rendre l’interface ergonomique et facile d’utilisation.


Finalement, le Lean UX intègre de la méthode Agile, dont le but est de découper le développement du projet en plusieurs périodes relativement courtes, qui se nomment « des sprints ». Ceci permet d’adapter le développement du projet rapidement et de manière agile.

Cette méthode permet de pouvoir se retourner facilement mais offre aussi des interactions, entre l’équipe et le client, beaucoup plus importantes.

On retiendra donc les mots clés suivants : collaboration, découpage du projet et testing.


Et vous, vous avez déjà utilisé cette méthode ? Dites-nous tout ! :)


Et à très vite pour un nouvel article,

Jean-Philippe & Romane.

79 vues0 commentaire
bottom of page